logo article ou rubrique
Reformuler des savoirs à l’oral

A l’issue du cours, à la maison, les élèves rédigent des questions sur le cours. Au début du cours suivant, l’enseignant choisit 2 élèves (ou les tire au sort), l’un pose les questions, l’autre y répond à l’oral.

Article mis en ligne le 2 juin 2019
dernière modification le 27 juin 2019

par pcheynet

  Un dispositif de reprise des savoirs

Objectifs

  • rendre plus efficace le travail personnel de l’élève
  • réajuster les connaissances des élèves
  • inciter les élèves à travailler plus régulièrement
  • les obliger à se poser des questions et à s’auto-évaluer

Durée : 5 à 10 minutes en fonction du nombre de questions

Ressources

Description détaillée

0/ Les élèves préparents chez eux des questions.

NB1/ Le nombre de questions exigé par l’enseignant doit être modulé en fonction des contenus du cours à travailler. Poser trop de questions peut inciter les élèves à formuler des questions anecdotiques.

NB2/ L’activité peut être progressivement enrichie en donnant des consignes relatives aux question à construire : obligation de poser 1 question sur 1 notion, 1 question sur 1 mécanisme, 1 question littérale (la réponse est dans le cours), 1 question inférentielle (la réponse n’est pas dans le cours mais peut en être déduite), ou en imposant des verbes : illustrer, montrer, comparer…

1/ L’enseignant choisit ou tire au sort 2 élèves ; 1 élève qui interroge et 1 élève qui répond

2/ l’élève "examinateur" pose une première question 

3/ L’enseignant donne la parole à d’autres élèves pour "corriger" la question si cela est nécessaire

4/ L’autre élève répond à la question posée

5/ L’enseignant donne la parole à d’autres élèves pour "corriger" ou compléter la réponse si cela est nécessaire

6/ On passe à la question suivante et ainsi de suite

7/ Un troisème élève est éventuellement chargé de l’évaluation. On peut proposer une grille d’évaluation à l’élève évaluateur. 

  L’intérêt du dispositif

Assez fréquemment, les enseignants de SES organisent en début de séquence une reprise des savoirs du cours précédent. Soit l’enseignant rappelle lui-même les principaux éléments du cours, soit il interroge des élèves.Le dispositif de reprise des savoirs exposé ici nous semble intéressant de plusieurs points de vue. 

Premièrement, le dispositif engage l’élève dans un travail personnel plus efficace. D’une part, travailler le cours avec l’objectif de construire des questions et/ ou d’y répondre est certainement plus efficace qu’une relecture « linéaire ». Ce dispositif est intéressant car il engage l’élève à entrer dans un processus d’auto-évaluation. Suis-je capable de répondre aux questions que j’ai construites ? Suis-je capable de répondre aux questions que les camarades pourraient poser ? D’autre part, formuler une question, l’écrire, la rendre compréhensible pour un autre élève est une activité riche d’un point de vue cognitif notamment par l’appropriation des savoirs qu’elle suppose. L’élève est conduit à prendre du recul par rapport à ce qui a été enseigné. Enfin, le dispositif aide l’élève à repérer les choses essentielles, à cibler les éléments importants du cours.

Deuxièmement, ce dispositif permet de réajuster les connaissances des élèves. A travers le jeu de questions et de réponses, l’enseignant repère les erreurs de compréhension des notions ou des mécanismes et peut ainsi réajuster les connaissances. L’enseignant intervient en effet pour corriger la formulation des questions ou des réponses, ou fait appel à d’autres élèves pour cela. Il peut aussi attirer l’attention des élèves sur les éléments essentiels du cours, par exemple en distinguant les questions pertinentes des questions anecdotiques.
 

Auteur : Pascal Cheynet